img
-

Sabine Devieilhe : « L’essence de notre métier, c’est la fragilité. »

La vie nous réserve parfois de sacrées surprises. Quelques jours après avoir assisté à un enthousiasmant concert Mozart à la Philharmonie de Paris où étaient réunis sur scène la plus prometteuse et déjà adulée soprano Sabine Devieilhe et l’extraordinaire chef Raphaël Pichon, vous êtes sagement assis dans le train. Là, attendant le départ, vous rêvassez gentiment tout en pestant contre le système de réservation de la SNCF qui vous a casé d’office dans un compartiment alors que vous auriez préféré la salle avec ses sièges et tablettes intégrées. Vous espérez vivement que le siège d’en face restera vide pour pouvoir étaler vos ptites jambes lorsque une frêle silhouette se glisse dans l’espace exiguë. Votre cœur ne fait alors qu’un bond lorsque vous découvrez que, mais oui, c’est bien elle, Sabine Devieilhe ….

Lire le suite de l’interview sur Classique c’est cool